fbpx
Nia Coeur de Mère

Nia Coeur de Mère - Après une interruption de grossesse

Vivre et libérer les pensées, la tristesse, la colère...avoir envie de continuer à vivre
Coeur de mère

De 2008 à 2012 j’ai vécu cinq grossesses. La première s’est terminée par une IMG. La deuxième m’a donné le miracle de ma vie, les deux autres se sont arrêtées à 10 semaines et la dernière…était un choix très difficile.

Le Nia a été un havre de paix dans un océan de tristesse et de colère. J’avais besoin de bouger pour ne plus penser. J’avais de la colère ou de la tristesse quand on me disait « ça va aller ». Et même si j’ai eu le bonheur d’avoir un enfant né, mon premier et mon dernier foetus sont restés mes « bébés ». Toutes les émotions ressenties, je n’en ai pas parlé à l’époque, même à mon mari. Je me sentais incomprise et je ne connaissais pas vraiment d’autre personne ayant vécu cela. Mes amies ont fait de leur mieux. Le Nia a fait une partie du reste et m’a amené à prendre conscience du moment présent, de la vie, et de tout ce que je pouvais vivre, même accompagnée pour toujours du souvenir de mes bébés jamais nés.

Aujourd’hui j’invite les femmes qui ont vécu un trauma de ce genre, une IVG, une IMG, une fausse-couche…à bouger! Vous pouvez venir en privé ou en collectif. Dans un cours de  Nia il n’y a ni performance ni jugement. On vient comme on est, avec les émotions qu’on a à libérer et le plaisir qu’on souhaite retrouver.

Le calendrier des cours se trouve sur la page des inscriptions. Pour un cours privé, contactez-moi!

Que sont les cours "Nia coeur de mère"?

Personnellement, lorsque j’ai eu mes IMG, par rapport à mon entourage, et notamment mon mari, je me sentais seule. J’avais le sentiment qu’aucun de mes proches ne pouvait comprendre ce que je ressentais et la douleur que je vivais. Que ce soit vrai ou pas, c’était ce que je ressentais et ce que je vivais dans mon corps et mon coeur.

Après cinq ans à tergiverser, j’ose en parler et j’ai choisi de proposer un cours pendant lequel les femmes savent que celles qui sont là ont vécu une expérience similaire.
Toutes les expériences sont différentes. Cependant je crois que de savoir que celle qui danse à côté de moi est capable de comprendre ou d’imaginer ma douleur me permets de laisser mes émotions plus facilement sortir. Je sais également que, comme moi, elles ont envie de vivre mieux et ont besoin de temps et de se reconnecter à elles-mêmes et à leur corps pour, je l’espère, arriver à « vivre avec… »

Je n'ai pas eu de fausse-couche ou d'IMG, c'est l'infertilité qui me préoccupe. Suis-je concernée?

Pour moi, infertilité ou perte de bébé sont liées à la maternité, à l’enfantement. Dans ce cours il n’y a pas de comparaison, aucun vécu n’est moins important ou plus important que l’autre. Tout vécu appartient à la personne qui l’a eu. Je crois qu’il y a autant de place pour une femme qui aimerait enfanter que pour une femme qui a perdu son bébé, quel que soit le moment où elle l’a perdu.

Les sentiments que l’on a peuvent être exprimés. Par exemple il m’est déjà arrivée d’envier une femme qui, à trois mois de grossesse, me disait que son bébé se portait bien, autant que de me réjouir d’une autre qui me disait la même chose. Quand j’étais impatiente d’avoir un enfant, j’enviais également les femmes qui tombaient enceintes plus rapidement que moi…

J’ai proposé « Nia Coeur de Mère » pour donner un espace dans lequel on peut dire « je suis en colère contre toutes les femmes qui sont enceintes », autant que « Je comprends que tu me regardes avec colère parce que j’ai un enfant, moi. Et si je le comprends, c’est parce que je suis passée par là ». Ou « Je n’ai pas envie de penser à mon infertilité parce que si je le fais, je pleure ». C’est justement un espace de bienveillance dans lequel on peut laisser sortir parce qu’on sait que les autres comprennent et partagent un vécu similaire. Et c’est un espace où on danse et on bouge avec l’espoir de pouvoir se réconcilier avec ce corps, dans lequel on n’a parfois plus confiance ou contre lequel on est parfois en colère.

Alors oui, vous avez toute votre place!