Tu aimerais recevoir des fleurs ? Fais-les livrer chez toi!

Août / 31

Tu aimerais recevoir des fleurs ? Fais-les livrer chez toi!

/

Je vis dans un conflit permanent: j’adore recevoir les fleurs, et en même temps je n’aime pas les voir coupées. Du coup je m’en achète rarement. Il y a deux jours cependant, j’ai choisi d’accepter la part de moi qui aime recevoir des fleurs.

J’ai chez moi des orchidées, et plusieurs autres plantes, dont je m’occupe avec beaucoup d’amour. J’aime les fleurs et les plantes, je sens la vie qui coule par leur sève. Même lorsqu’elles sont coupées et que leur sève cesse de les aider à grandir, je leur parle.

Le coeur a ses raisons que la raison ignore. C’est le cas pour mon lien avec les bouquets de fleur. Je ne sais pas qui de mon coeur ou de mon mental apprécie les bouquets; une chose est sûre, j’ai décidé de me faire du bien aux yeux, à l’odorat et à mon amour de moi!

Je me suis souvenue, il y a deux jours, que lors d’un atelier sur le féminin sacré, nous avions été invités à nous faire livrer des fleurs. Le prochain atelier approchant à grands pas, j’ai choisi de transformer tout de suite l’invitation en concrétisation.

J’ai appelé la fleuriste la plus proche. Je l’avoue, ma gêne était palpable lorsque j’ai demandé à me faire livrer des fleurs au même nom et à la même adresse que celle de la facturation.
Cerise sur le gâteau de la bizarritude, j’ai demandé à ajouter un mot. La fleuriste m’a demandé s’il y avait besoin de signer.

J’ai dit non…puis oui!

Après tout mince, pourquoi avoir honte, non seulement de reconnaître sa valeur, en plus de la montrer, et finalement de l’affirmer!

La gratitude envers moi-même, voilà ce que représentent ces fleurs pour moi. La gratitude pour tout ce que je me suis donné jusque là, et pour tout ce que j’ai accompli, pour moi et pour les autres.

 

Quand j’ai reçu le bouquet chez moi, je suis allée mettre une musique, j’ai lu la phrase qui accompagnait le bouquet, et j’ai fermé les yeux.

Je me suis remémoré tous les moments de ma vie qui lui avaient donné un sens. Tous les moments pour lesquels j’avais touché à l’étincelle de joie qui nous anime tous. Même les plus moments simples: sourire à une personne croisée dans la rue, « bonjour » à un chauffeur de bus, rire avec un étranger dans le train.

 

Et j’ai pleuré de gratitude envers moi-même et envers tous ceux qui avaient partagé ce moment. J’ai remercié la vie de me les avoir offerts. Et je me suis finalement remercié pour avoir été jusqu’au bout de cette idée de m’auto-livrer des fleurs.

Au final, j’ai dépassé ma peur du ridicule, je me suis envoyé de l’estime et de l’amour, et je me suis donné de la joie. Toutes choses que je recommande, sans modération!